LARADIOACTIVITE.COM

icon LE PHÉNOMÈNE
LE PHÉNOMÈNE
icon AU QUOTIDIEN
AU QUOTIDIEN
icon QUESTIONS DE DOSE
QUESTIONS DE DOSE
icon CHEZ LE MÉDECIN
CHEZ LE MÉDECIN
icon AU LABORATOIRE
AU LABORATOIRE
icon AU MUSEE
AU MUSEE
icon DANS LE NUCLÉAIRE
DANS LE NUCLÉAIRE
icon DECHETS RADIOACTIFS
DECHETS RADIOACTIFS

Une base de connaissances grand public créée et alimentée par la communauté des physiciennes et physiciens.

icon Maintenance Nucléaire

Maintenance Nucléaire

Surveiller, prévenir, réparer

La maintenance inclut la surveillance, l’entretien courant, les petites et grosses réparations, les rénovations, les remplacements… Elle peut être « préventive » (avant la défaillance) ou « corrective » (pour réparer). Pour une centrale nucléaire, la maintenance doit préserver la fiabilité des systèmes et des composants, essentiels au bon fonctionnement et à la sûreté de l’installation.

Les techniques de maintenance sont souvent assez classiques même si certaines applications délicates – comme pour les examens non destructifs ou le soudage – conduisent à des développements spécifiques.

Simulateur de conduite de manutention.
Ce pont central de manutention, situé sous le dôme du bâtiment réacteur, est utilisé pour les principales activités de maintenance. Doté d’une cabine immersive équipée de sept écrans, le simulateur reproduit l’environnement visuel et auditif des vraies opérations en arrêt de tranche. On s’y croirait vraiment», témoignent les opérateurs habilités à la conduite de ce pont. Ces derniers ont pu utiliser ce simulateur pour s’entraîner sur des opérations difficiles, comme celle qui a permis de relever, puis sortir, le générateur de vapeur de Paluel 2.
© EDF ©

De plus en plus, les robots viennent en appui des opérateurs de maintenance. Les technologies du big data leur permet également de recueillir et d’analyser une quantité toujours plus importante de données, permettant d’augmenter la maintenance préventive. De son côté, la recherche permet d’affiner la connaissance sur le vieillissement des composants (béton, métaux, etc.) et identifier les causes profondes des anomalies.

A l’exception de la cuve et de l’enceinte – dont un suivi continu est réalisé -, l’ensemble des composants d’une centrale peuvent être changés. C’est le cas des générateurs de vapeur remplacés au bout de 30 ans. La majorité des pays ont décidé d’exploiter les centrales jusqu’à 60 ans : Suisse, Suède, Belgique, Pays-Bas, États-Unis, etc. Outre-Atlantique, les États-Unis, plus grand parc nucléaire au monde avec 100 réacteurs, étudient la possibilité d’aller jusqu’à 80 ans.

Travaux de maintenance sur un alternateur
Salle des machines, travaux sur le stator de l’alternateur d’un des réacteurs de la centrale de Saint-Alban. Pièce essentielle de la production d”électricité, le stator de l’alternateur est situé hors de l’ilot nucléaire.
© EDF Bruno Conty ©

En France, un vaste programme de maintenance est engagé : le « Grand carénage ». L’objectif est de permettre l’exploitation des réacteurs au-delà de 40 ans. Ces travaux de maintenance renforcent la sûreté des réacteurs pour qu’elle s’approche des performances des réacteurs de dernière génération, notamment pour empêcher la radioactivité de se disperser dans l’environnement en cas d’accident : protection des centrales contre les agressions externes, appoints en électricité avec les diesels d’ultime secours et en eau, protections contre les rejets, etc.

Sources :
– La maintenance des centrales nucléaires – Revue générale nucléaire (janvier-février 2016) : lien
– La maintenance des centrales nucléaires – Alain Burtin – Editions Lavoisier
– Le programme “Grand Carénage” (EDF)