LARADIOACTIVITE.COM

icon AU QUOTIDIEN
AU QUOTIDIEN
icon LE PHÉNOMÈNE
LE PHÉNOMÈNE
icon QUESTIONS DE DOSE
QUESTIONS DE DOSE
icon CHEZ LE MÉDECIN
CHEZ LE MÉDECIN
icon DECHETS RADIOACTIFS
DECHETS RADIOACTIFS
icon AU MUSEE
AU MUSEE
icon DANS LE NUCLÉAIRE
DANS LE NUCLÉAIRE
icon AU LABORATOIRE
AU LABORATOIRE

Une base de connaissances grand public créée et alimentée par la communauté des physiciennes et physiciens.

icon Tchernobyl aujourd’hui

Tchernobyl aujourd’hui

Le site de Tchernobyl plus de 30 ans après

Le sarcophage de l’unité 4
En 1986, les autorités soviétiques firent construire en quelques mois un bâtiment appelé sarcophage après avoir déversé à partir d’hélicoptères des milliers de tonnes de matériaux sur l’unité N°4 accidentée. Le sarcophage contient la majeure partie des 190 tonnes du combustible resté dans le cœur fondu du réacteur. Construit dans l’urgence et fragile, le sarcophage a fait l’objet de travaux de renforcement afin de réduire les risques d’effondrement ou de fuites de matières radioactives.
© Petr Pavlicek/IAEA ©

Le 15 décembre 2000, le gouvernement ukrainien, conformément à l’engagement qu’il avait pris en 1995, a arrêté définitivement le dernier réacteur encore en fonctionnement sur le site. Cet événement marqua la fin de l’exploitation des réacteurs RBMK en Ukraine. Il existait encore à cette date 13 réacteurs de cette filière en exploitation, répartis sur deux sites en Russie et un en Lituanie.

Malgré l’arrêt définitif du dernier réacteur, il subsistait d’importantes quantités de matières radioactives sur place. Un programme de démantèlement a été défini et mis en œuvre notamment grâce au soutien financier de la communauté internationale.

Pripiat : une cité à l’abandon
Des débris et des morceaux de plâtre sont tout ce qui reste de la polyclinique de la ville Pripiat à 3 kilomètres de Tchernobyl. Les locaux avaient été laissés intacts, mais le temps et des maraudeurs passés piller l’ameublement et le matériel ont fait leur œuvre.
© Petr Pavlicek/IAEA ©

Les autorités ukrainiennes ont décrété une zone morte de 29 km de rayon (la moitié d’un département français) avec son cortège de villes fantômes et l’aspect de désolation propre aux ruines et aux vestiges abandonnés. La plus connue est Prypiat, située à environ deux kilomètres du désastre, vidée de ses 50 000 habitants dans l’urgence de la catastrophe.

Un effort de décontamination a rendu le complexe des réacteurs assez sûr pour l’accès des travailleurs et des visiteurs. La plupart des zones décontaminées ont été nettoyées avec des bulldozers qui ont raclé une épaisseur de plus de 1 mètre de sol contaminé.

Avec les années, le risque des radiations dans les zones affectées a beaucoup décru du fait de l’évolution naturelle et des mesures prises. La majorité des territoires contaminés sont maintenant suffisamment décontaminés pour y vivre et mener une activité économique. Cependant dans la zone d’exclusion et un nombre limité d’endroits des restrictions quant à l’usage du sol perdureront encore longtemps.

La zone d’exclusion : un territoire abandonné
La zone d’exclusion de Tchernobyl – plus de 2600 kilomètres carrés autour du réacteur détruit – est retournée à l’état sauvage. Cette meute de chiens se nourrit des restes que leur apportent les ouvriers chargés du nettoyage de la zone et les personnes qui y vivent. Des animaux sauvages comme des sangliers, des daims y prospèrent. En l’absence d’humains, la zone d’exclusion a pris ironiquement l’aspect d’un parc naturel.
© Photograph by Gerd Ludwig/NGM ©

Concernant le « sarcophage », construit en 6 mois en 1986 dans des conditions difficiles pour contenir les restes du réacteur accidenté, en l’absence de diagnostics précis sur sa solidité à moyen et long termes, il existe un risque d’effondrement, qui aurait pour conséquence une émission de poussières radioactives dans l’environnement immédiat.

Si un tel effondrement se produisait, il ne constituerait pas un « second Tchernobyl » comme il est parfois dit. Il n’y aurait ni incendie, ni explosion. Les poussières de l’effondrement retomberaient aux environs immédiats. Elles seraient beaucoup moins radioactives qu’en 1986 en raison de la disparition totale depuis plus de 30 ans des éléments volatils et à vie courte comme l’iode-131 qui furent si nocifs lors de l’explosion du réacteur.

De grands travaux sont en cours pour parer à la détérioration du sarcophage recouvrant le réacteur accidenté. Le financement du programme bénéficie d’un important soutien de l’Union Européenne. La construction d’une grande arche au dessus du sarcophage a été entreprise. Les travaux ont commencé en 2010. La mise en place a eu lieu fin novembre 2016. Sur le long terme, il est prévu après cette mise en place de démanteler le sarcophage afin d’y récupérer les matières très radioactives enfouies.

Les combustibles irradiés des trois réacteurs arrêtés sont actuellement entreposés dans les piscines attenantes à ces réacteurs. Un retraitement des combustibles usés, qui aurait permis leur conditionnement, n’est pas prévu et il était envisagé de construire une installation afin de les entreposer « à sec ». Par ailleurs, un centre de stockage et de traitement de déchets radioactifs provenant de la centrale de Tchernobyl et de la zone qui l’entoure a été inauguré en 2008. Une partie du centre, construite avec l’aide de la Commission Européenne, devait accueillir 75 000 m3 de déchets radioactifs.

2014 : Tourisme nucléaire à Prypiat
Ce parc de loisirs devait ouvrir le 1er mai 1986, mais la centrale explosa cinq jours avant. Il est devenu une attraction d’un nouveau type.
© Gerd Ludwig : National Geographic Magazine ©

Effet des années, des efforts de décontamination, un intéressant article du National Geographic Magazine fait état en 2014 d’un tourisme nucléaire. Après la faune sauvage qui a reconquis la zone, quasi inhabitée, c’est au tour de touristes d’un genre nouveau d’apparaître. Vêtus de blanches combinaisons, ils se prennent en photos dans le parc de loisirs de la ville fantôme de Prypiat. Ils ne portent pas de masques mais évitent de ramasser des champignons. En 2018, plus de 70,000 people visitèrent la ville.

Quelle leçon tirer 30 ans après l’accident ? Un second Tchernobyl est-il possible ? Rappelons que l’accident ne se serait pas produit si les opérateurs n’avaient désactivé les dispositifs de sûreté. En 2016, les probabilités d’accidents majeurs sont devenues extrêmement faibles, mais les Autorités de Sûreté ne les excluent pas totalement. Les acteurs du nucléaire préfèrent mettre l’accent sur l’obligation d’en réduire dramatiquement les conséquences. Il s’agira d’éviter à tout prix un relâchement majeur de radioactivité et le traumatisme d’avoir à évacuer des populations entières.

LE CONFINEMENT DES RUINES RADIOACTIVES DU RÉACTEUR

– 1) : Construction du sarcophage de Tchernobyl
– 2) : Une grande arche de protection du sarcophage

Tchernobyl, 30 ans après – Ch. de la Vaissière, RGN, avril 2016
Chernobyl survivors assess fact and fiction in TV series – BBC Ukrainian, juin 2019

Le 24 février 2022, la Russie a envahi l’Ukraine. Des troupes russes, en provenance du Belarus, occupèrent la centrale (Il n’était plus question de tourisme à Prypiat). Le personnel ukrainien, sous la contrainte et dans des conditions difficiles, continua d’assurer la sécurité du site. Un sujet de préoccupation fut la grande piscine d’entreposage des combustibles usés. Ces assemblages provenaient des trois unités non accidentées de la centrale de Tchernobyl, dont la dernière fut arrêtée en 2000. Environ 22000 assemblages sont entreposés dans la piscine. Au bout de 22 ans et davantage, la chaleur qu’ils dégagent a beaucoup diminué. En cas d’interruption de circulation de l’eau de refroidissement de la piscine, la température de celle-ci se situerait entre 65 et 70°C, écartant tout risque d’ébullition. Par ailleurs, les opérations du côté de la grande arche étaient interrompues. En l’absence de combats sur place, il n’y avait pas à la fin mars 2022 de risques de rejets radioactifs. A peu près au même moment, les troupes russes se retirèrent des  environs de Kiev et donc de la zone de Tchernobyl.

16 mars  2022 : Sécurité et sûreté des installations nucléaires en Ukraine : un point sur les enjeux de sécurité et de sûreté depuis la prise de contrôle par les forces russes des centrales de Tchernobyl et de Zaporijjia (Vidéo SFEN),

War in Ukrain : inside Chernobyl after the russian occupation – Premier reportage de la BBC après la réoccupation du site par l’armée ukrainienne, avril 2022

Les autres articles sur le sujet « Accident de Tchernobyl »

Tchernobyl : circonstances et causes

Tchernobyl : une explosion suivie d’un feu de graphite La centrale ukrainienne de Tchernoby[...]

Pompiers et liquidateurs

Pompiers et liquidateurs : un lourd tribut Les premiers intervenants furent les pompiers qui dure[...]

Incendie de Tchernobyl

Un violent incendie : un enfer de flammes et de radioactivité La déflagration qui soulève la dall[...]

Rejets radioactifs Tchernobyl

Les sources d’irradiations et de contaminations L’explosion du réacteur a entraîné de[...]

Nuage de Tchernobyl

Une marque profonde dans l’inconscient collectif ” Le nuage de Tchernobyl s’est arrêté aux [...]

Historique Nuage Tchernobyl

Un historique du déroulé et parcours du nuage (IRSN) Détails de la reconstitution du parcours du [...]

Contamination des sols

Le césium-137 : principal héritage de Tchernobyl 20 ans après Le nuage radioactif de 1986 a été à[...]

Zone d’exclusion

Un no man’s land devenu réserve naturelle Le 27 avril 1986, le lendemain de l’explosion, le[...]

Tchernobyl : France

Comment le nuage a touché la France ? L’évènement frappa les esprits. Témoin cette auditric[...]

Conséquences sanitaires

Tchernobyl : Un bilan encore impossible à chiffrer Initialement, les autorités soviétiques refusè[...]

L’iode de Tchernobyl

Le radioélément dangereux les premières semaines L’iode-131 constitue un produit de fission[...]

Le césium de Tchernobyl

Un héritage à long terme de l’accident Plus de vingt ans après l’accident de Tchernob[...]